Dick pics : bientôt un nouvel outil sur Instagram pour filtrer les photos de pénis non sollicitées

Selon un article publié sur le site web actu.fr le septembre 23, 2022 par Léa Giandomenico – Actu ,

L''homme âgé de 22 ans a été condamné à Saint-Malo, mardi 21 juin 2022, pour atteinte à la vie privée. Il avait posté sur Instagram des photos dénudées de son ex-petite amie. Une pratique qu'on appelle couramment le
Sur Instagram, l’envoi de messages à caractère sexuel non consenties est monnaie courante.  (©JB / 76 Actu)

De nombreuses femmes ont déjà été confrontées à l’envoi de photos de sexes masculins non sollicitées, plus couramment appelées dick pics, en anglais. Sur Instagram, cette pratique est un réel fléau. Mais l’application du groupe Meta pourrait développer un nouvel outil pour lutter contre ces envois non consentis, en filtrant les messages privés.

C’est le développeur Alexandre Paluzzo qui a identifié des premiers tests. Instagram a confirmé l’information auprès du média américain The Verge. 

À lire aussi

Images floutées

Le principe serait donc le suivant : une intelligence artificielle détecte si une photo reçue par message contient un caractère sexuel et masque l’image, sans qu’Instagram ne puisse accéder aux photos.

« Nous travaillons en étroite collaboration avec des experts pour nous assurer que ces nouvelles fonctionnalités préservent la vie privée des gens, tout en leur donnant le contrôle sur les messages qu’ils reçoivent », a affirmé Liz Fernandez, porte-parole d’Instagram, auprès de The Verge.

À lire aussi

Jusqu’à 1 500 euros d’amende

Pour le moment, Meta confirme que cette option de lutte contre le cyberflashing – un autre terme qui désigne le fait d’envoyer des images obscènes à des inconnus en ligne sans leur consentement – n’est qu’en phase d’expérimentation. Mais davantage d’informations devraient être diffusées dans les prochaines semaines par la firme américaine. 

En France, l‘article 624-2 du Code Pénal prévoit une amende de 750 euros pour qui a envoyé un message ou une photo contraire à la décence à une personne de plus de 15 ans, sans demande au préalable du destinataire. Pour les personnes de moins de 15 ans, l’amende peut grimper jusqu’à 1500 euros. 

À lire aussi

Pratique majoritairement masculine

Pourtant, quelques 53 % des femmes de la génération Y (nées entre le début des années 1980 et la fin des années 1990) ont déjà été confrontées à l’envoi de photos de pénis non sollicitées, selon une enquête de l’institut de sondage américain Yougov datant de 2017.

En 2020, l’Ifop publiait les résultats d’un sondage sur les dick pics, et révélait que « 4 % des Français âgés de 18 à 69 ans avouent avoir déjà contribué à la diffusion non consentie de vidéos et photos à caractère sexuel, soit une proportion qui a doublé en une demi-douzaine d’année (2 % en 2014) ».

Et cette pratique – vivement condamnée par la loi – reste toujours une pratique essentiellement masculine chez l’ensemble des Français (5 % des hommes, contre 1 % des femmes) comme chez les jeunes de moins de 25 ans (8 % des garçons, contre 3 % des filles).

Ifop

Une habitude plutôt prise par les moins de 30 ans, qui sont 35 % à avoir déjà envoyé une image d’eux à connotation sexuelle, contre 16 % chez l’ensemble des Français.

Aller à la source