Toulouse. C’est quoi, ces drôles de cages qui ont fait leur apparition près du métro, à Marengo ?

Selon un article publié sur le site web actu.fr le septembre 23, 2022 par Guillaume Laurens – Actu Toulouse ,

Quatre box destinés à accueillir des vélos cargo ont fait leur apparition à Marengo
Quatre box destinés à accueillir des vélos cargo ont fait leur apparition à Marengo (©G.L. / Actu Toulouse)

Elles ne passent pas inaperçues… et ne manquent pas d’intriguer les passants. Plusieurs cages métalliques, dissimulées derrière un bardage en bois et scellées au sol, ont fait leur apparition sur la voie publique, face à la station de métro Marengo-SNCF, à Toulouse. Et ce ne sont ni des dépose-bagages, ni de quelconques cages à lapins, mais un équipement jamais vu encore dans la Ville rose : une station vélo cargo.

Stationner ses vélos cargo en toute sécurité

Toulouse Métropole a voulu ici « expérimenter des solutions nouvelles pour faciliter la mobilité, notamment aux abords des gares », relate la société Nielsen Concept, qui a réalisé cet équipement, mis à disposition par la Métropole, et financée par EIT Urban Mobility.

Cette nouvelle station a une double vocation : permettre une solution de stationnement sécurisée aux usagers, et mettre à disposition un vélo-cargo en libre-partage.

Côté gauche, la station comporte donc un conteneur maritime installé derrière des baies vitrées, et destiné au stationnement sécurisé des vélos classiques, « avec recharge de batterie et petits outils de réparation », relate Nielsen Concept.

La station de Marengo comporte un conteneur maritime, destiné au stationnement sécurisé pour les vélos des usagers
La station de Marengo comporte un conteneur maritime, destiné au stationnement sécurisé pour les vélos des usagers (©G.L. / Actu Toulouse)

Sur sa partie droite, les fameuses « cages » en question : quatre box pour les vélos cargo. Trois d’entre eux sont destinés au stationnement des vélos cargo des Toulousains. Et dans le quatrième, un vélo cargo famille a été mis à disposition en libre-partage.

À lire aussi

Comment accéder au service ?

Pour accéder à ce nouveau service, l’utilisateur doit se connecter sur le site mobypod.app, et suivre les instructions d’utilisation sur la vélostation. Il doit ainsi créer un compte, envoyer une pièce d’identité, mais aussi fournir une cotisation initiale pour accéder au service. Cela permet, selon Nielsen Concept, d’accéder à la location du vélo cargo, pendant toute la durée de l’expérimentation, soit six mois.

Une fois l’inscription confirmée (sous 48 heures), l’utilisateur peut ouvrir le box qui lui a été attribué via l’application, et soit profiter de sa place de stationnement, soit disposer du vélo cargo en libre-partage…

Ce nouveau service est bien évidemment payant pour l’usager, qui doit s’acquitter de 24 euros, pour un usage illimité de la station pendant six mois.

Station sécurisée pour vélos, box pour vélos cargo et bornes de recharge de vélos électriques : le trio qui a fait son apparition à Marengo
Station sécurisée pour vélos, box pour vélos cargo et bornes de recharge de vélos électriques : le trio qui a fait son apparition à Marengo (©G.L. / Actu Toulouse)

À lire aussi

Et aussi… des bornes de recharge pour vélo électrique

À savoir que ce n’est pas la seule nouveauté du moment à Marengo, puisque juste à côté de cette station vélo cargo, des bornes de recharges pour vélos électriques ont également fait leur apparition. Là encore, c’est une première sur l’espace public à Toulouse.

Ce sont les premières bornes de recharge pour vélos électriques qui ont fait leur apparition sur la voie publique, à Toulouse
Ce sont les premières bornes de recharge pour vélos électriques qui ont fait leur apparition sur la voie publique, à Toulouse (©G.L. / Actu Toulouse)

« Nous souhaitons encourager le vélo et faciliter son usage », avait martelé jeudi 15 septembre Jean-Luc Moudenc lors de sa conférence de presse de rentrée, en évoquant ces nouveaux équipements. Annonçant la « concrétisation » du fameux REV (le Réseau express vélo) et la révolution qui attend VélôToulouse, le maire (LR) de Toulouse avait martelé sa volonté de « passer à la vitesse supérieure » sur le vélo.

Aller à la source